Marianna Ivanova
 
 
 
 
home icon contact us icon site map icon russian flag icon
 
  Reference  
  My world  
  Selfdevelopment  
  My interests  
  Gallery  
   

Minister of health in Cote d'Ivoire Remi Allah Kouadio

Dr. Remi ALLAH KOUADIO,
MINISTRE DE LA SANTE ET DE LHYGIENE PUBLIQUE
Date et Lieu de naissance : 25 Juillet 1953 a DUEKOUE
Nationalite : Ivoirienne
Situation Matrimoniale : Marie - Pere de 5 enfants
FORMATION SCOLAIRE ET UNIVERSITAIRE
1970 : BEPC (College dOrientation dAbidjan Plateau)
1973 : Baccalaureat Serie C - Mention Assez Bien (Lycee Classique dAbidjan)
1980 : Diplome dEtat de Pharmacien a la Faculte de Pharmacie de TOURS.
ACTIVITES PROFESSIONNELLES
1980-1983 : Responsable du Service Pharmacie du Centre Hospitalier Universitaire de COCODY
1983 : Creation de la Pharmacie denommee Pharmacie de BEOUMI :
1988 : Creation de la Pharmacie denommee "Pharmacie du Grand marche de BOUAKE"
1990-2005 : Membre du Conseil dAdministration de la Societe PHARMAFINANCE (S.A.
de 2,5 milliards de Capital, specialisee dans la distribution de produits pharmaceutiques).
2005 : Creation de la Pharmacie Azi a Yamoussoukro.
ACTIVITES POLITIQUES
1990 : Conseiller Municipal, Vice-President de la Commission Finances de la Commune de Toumodi
1995 : Elu Depute a lAssemblee nationale de la Republique de Cote dIvoire
Rapporteur General Adjoint du Comite Parlementaire de Suivi et de Controle de la privatisation des participations et Actifs de lEtat dans les Entreprises et Etablissements Publics nationaux.
Representant de lAssemblee nationale au sein du Bureau Executif du Comite national pour lAlimentation.
2000 : Reelu Depute a lAssemblee nationale
2001 : Rapporteur General de la Commission Defense et Securite de lAssemblee nationale
2002 : Membre du Bureau Politique du PDCI-RDA
2003 : Vice-President de lAssemblee nationale
2004 : Delegue Departemental du PDCI-RDA a Toumodi
2003-2005 : Vice-President de la mouvance parlementaire pour la Reconciliation et la Paix.
DECORATIONS
1995 : Chevalier dans lOrdre de la Sante Publique 1998 : Chevalier de lOrdre du Merite National

Remi Allah Kouadio minister of health in Cote d'Ivoire

Fort de tout cela, il s'impose une lutte efficace contre ce fleau devastateur.
Mais, aucune lutte efficace contre le fleau des medicaments de la rue ne peut aboutir sans une implication effective des autorites. Pourtant, elles semblent etre absentes dans bien des pays, dans la perspective de son eradication. C'est dire toute l'inquietude des professionnels de la sante de nos pays sur ce phenomene qui prend de l'ampleur et qui, a l'evidence, constitue un reel danger pour la sante de nos populations.
Dans les faits, l'Etat a souvent joue au sapeur-pompier sans actions reelles. Des personnes saisies pour cause de vente illicite de medicaments sont souvent relachees suite a des coups de fil provenant de la haute autorite. Des menaces de mort et des assassinats deviennent recurrents devant une impuissance active de l'Etat, quand des structures organisees se dressent contre cette pratique. Ainsi, on ne se gene plus a dire que l'Etat est le premier coupable. Les enfants de la rue ne sont que la partie visible de l'iceberg. Pourquoi alors cette impuissance? Faut-il comprendre que des complicites existent meme au sommet de l'Etat? D'aucuns n'hesitent pas, en effet, a accuser l'Etat de double-jeu.

Les medicaments de rue sont-ils moins chers ?

Selon une enquete sur la consommation des medicaments a Brazzaville publie le 24 janvier 2008, par le Docteur Hyacinthe Ingani, premier vice-president de la Commission sante a l'Assemblee nationale et president de l'ordre des pharmaciens, avec la participation de l'ordre des pharmaciens du Congo, du syndicat des pharmaciens du Congo et de la direction des pharmacies, la precarite financiere des foyers de la plupart des Brazzavillois est la cause directe de la consommation des medicaments de la rue.

Selon cette enquete realisee a Brazzaville, toutes les couches n'adherent pas a la politique portant a circonscrire l'interdiction de la vente de ces medicaments en raison de leur ignorance a l'existence des medicaments generiques. A la question de savoir ou se procurent- ils les produits pharmaceutiques prescrits par le personnel medical, 53,1% de foyers domines par la pauvrete s'approvisionnent en medicaments vendus dans la rue. De ceux qui se procurent des medicaments de la rue, 94, 6% des foyers, evoquent la contrainte du faible revenu. Selon la plupart de ces foyers, plusieurs motivations les entrainent a la consommation de cette categorie de produits vendus a ciel ouvert, qui sont entre autres, l'accessibilite des prix. Sur ce point, 89,4% de foyers a faible niveau de ressources (inferieur a 60.000f de revenu mensuel) se disent satisfaits par rapport aux prix des produits pharmaceutiques.

Depuis plusieurs annees, beaucoup de medicaments existent sous forme de generiques et sont vendus a la pharmacie au detail, a des tarifs tres abordables. Ainsi, on trouve en pharmacie les medicaments generiques pour soigner beaucoup de maux et maladies. Contrairement a ce que pense le patient qui achete ses medicaments au marche, les medicaments generiques vendus en pharmacie sont moins chers que les medicaments vendus dans les marches de rue. Prenons l'exemple du paracetamol. Dans la rue, le comprime qui presente tous les risques lies a son environnement se vend a 250 F CFA. La plaquette de 20 comprimes generiques coutera au patient au moins 3 000 F CFA. Cette meme plaquette de 20 comprimes de paracetamol bien conservee et emballee, coute 1 850 F CFA en pharmacie.

Quelles solutions durables ?
Malgre les differentes campagnes de sensibilisation, ces medicaments, nuisibles a la sante, continuent de faire bon marche et cela, malgre la connaissance de cause de certains consommateurs ainsi qu'au vu et au su des autorites.

La journee internationale de la lutte contre les medicaments de la rue est celebree le 28 mai de chaque annee depuis 2002, en application des recommandations du forum pharmaceutique tenu a Dakar la meme annee. Il faut une prise de conscience des populations a aller vers les medicaments generiques dans les pharmacies.


Il faut exiger la tracabilite des reapprovisionnements depuis le fabricant jusqu'aux pharmacies. Ne s'approvisionner qu'aupres de sources fiables et respecter les bonnes pratiques de distribution.

Quant aux pouvoirs publics, il faut renforcer la reglementation pharmaceutique, dans le sens d'une plus grande coercition.
Il faut que des sanctions effectives soient prises contre des pharmaciens et autres personnes impliques dans ce commerce.
Il faut mener aupres des patients et du grand public en general, des campagnes de sensibilisation sur les dangers des medicaments de la rue par voie d'affiches, des spots tele et autres.
La mise en place d'un comite interministeriel compose de quatre ministeres que sont : le ministere des finances a travers la douane qui operera des fouilles minutieuses a nos frontieres qui entre temps, sont tres permeables a ces medicaments; les ministeres de la justice, de l'interieur et du commerce prendront aussi une part active dans ce comite.

Lorsque ce comite sera mis en place, il faut depasser l'etape de saisie et aller a l'etape d'interpellation devant les juridictions. Mais au-dela de la mise en place d'un comite, il faudra faire appliquer rigoureusement les textes et intensifier la sensibilisation des populations sur les mefaits de ces produits tout en rendant tres accessible les medicaments generiques.
Les agents de sante devront egalement jouer une part tres active dans cette lutte, leur prise de conscience effective s'avere indispensable car, certains d'entre eux, indelicats, n'hesitent pas a s'en procurer et les proposer aux patients, au detriment des medicaments generiques disponibles dans les pharmacies des centres de sante, pour le bonheur de leurs poches, en toute clandestinite.
En somme, les medicaments de la rue constituent une veritable bombe a retardement qui necessite une attention plus particuliere en Afrique en general et en Cote d'Ivoire en particulier. Enfin une reflexion et une action commune, des differents pays de la sous-region, confrontes a ce probleme, sont indispensables.
Par Denis-Zodo 6.04.2009

map of Cote d'Ivoire regions

Cote d'Ivoire is divided into nineteen regions (regions):

1. Agneby
2. Bafing
3. Bas-Sassandra
4. Denguele
5. Dix-Huit Montagnes
6. Fromager
7. Haut-Sassandra
8. Lacs
9. Lagunes
10. Marahoue
11. Moyen-Cavally
12. Moyen-Comoe
13. N'zi-Comoe
14. Savanes
15. Sud-Bandama
16. Sud-Comoe
17. Vallee du Bandama
18. Worodougou
19. Zanzan

The regions are further divided into 81 departments.

Last updated: 18 July 2010
Page created: 08 June 2010
   
     
   
     
 
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 
 
   
   
   
 
 
   
   Orphus  
   
 
Copyright Marianna 2006 - 2013 When copying materials from website active hyperlink is required